Rechercher
  • Lola Vienne

Végétarienne ou presque

Depuis quelques semaines, je ne ressens plus autant de plaisir lorsque je consomme de la viande (bœuf, porc et volailles) et pourtant, je me considérais plus carnivore qu’omnivore. Un matin, je suis tombée sur une comédie américaine sans grand intérêt qui relate l’histoire d’une femme qui transforme son alimentation. Elle devient végane. C’est un changement un peu extrême à mon goût mais bon, cela m’a inspirée. Et si je troquais des repas riches en viandes pour des repas plus végétaux.


Mon réel déclic est apparu il y a un mois environ. Un mois de réflexions sur la souffrance animale avant de réellement me décider à changer. Je suis en Thaïlande au moment où j’écris cet article et, l’une des valeurs bouddhistes veut qu’un animal ait une vie qui doit être respectée un minimum. Aujourd’hui, cette pensée prend tout son sens.

Contrairement à nous, un animal en élevage n’a pas de choix dans sa vie. Il nait pour finir dans une assiette et parfois, les conditions de vie et de morts sont très difficiles. Tout lui est imposé. Certaines personnes me disent que c’est la loi de la nature. Pour moi, c’est plutôt la loi d’une surproduction et d’une surconsommation. Vous imaginez vous, une lionne qui élève ses antilopes pour les manger après ? Non, elle les chasse pour subvenir à un besoin vital. Toute cette méditation sur la vie et les animaux m’a conduit à cette décision : aller vers le végétarisme.


Le début d’une aventure


Pour commencer, j’ai posé des questions très basiques à une amie qui ne mange plus du tout d’animaux. J’ai ensuite entamé plusieurs recherches sur le régime végétarien car dans mes souvenirs, il y avait plusieurs manières de réduire ou d’arrêter totalement sa consommation de viandes : végétarien, pesco-végétarien, lacto-végétarien… La liste est tout de même assez longue et il y en a pour tous les goûts.

Bien que mon but soit d’aller vers une alimentation totalement végétale, je pense procéder par étape. Aujourd’hui, je me considère comme pesco-végétarienne à tendance flexitarienne. C’est-à-dire que je me nourris de beaucoup de poissons, fruits de mer, œuf, produit laitier et que je m’autorise de la viande (porc, bœuf, veau et volailles) qu’une fois par semaine.


Je n’ai pas fait ce choix pour combler un manque qui est quasi inexistant pour moi c’est plutôt pour aider mes proches à cette transition. Ils se nourrissent comme ils veulent, je ne les influence pas, mais ils oublient souvent mes nouvelles préférences culinaires. Pour être honnête, il y a encore des spécialités gastronomiques qui me seront difficiles à oublier comme l’andouillette ou le lapin par exemple. Ça ne sert à rien de se mettre la pression donc baby step, baby step.


J’ai commencé à mettre de côté la viande et je sens que mon corps va mieux de manière générale. J’ai beaucoup plus d’énergie et moins de ballonnements. Je suis heureuse de commencer cette nouvelle aventure.

0 vue

©2019 by lolavienne. Proudly created with Wix.com